Le célibat pour le Royaume

Comme vierge consacrée du diocèse de Paris, en réponse à un appel personnel du Seigneur et confirmé par son Eglise, je suis devenue « épouse du Christ » par une célébration solennelle et publique, le 28 octobre 2002 en la Cathédrale Notre Dame de Paris. Plaçant mes mains dans celles de l’Evêque, je lui ai dit : « Père, avec la grâce de Dieu, je professe, devant vous et devant l’Eglise, ma décision irrévocable de vivre dans la chasteté et de suivre le Christ. Recevez mon engagement, et donnez-moi, je vous prie, la consécration. ». Cette consécration, je la vis au cœur de l’Eglise et au cœur du monde, dans la solitude. Comment être au quotidien « signe transcendant de l’amour de l’Eglise pour le Christ son époux » ? Tout d’abord par la vie de prière. Je me suis engagée à dire chaque jour l’office des laudes et des vêpres, à participer à l’Eucharistie et à faire oraison pour vivre un cœur à cœur avec le Christ. En effet, ce n’est pas d’abord une question de faire mais une question d’être … En tant qu’animatrice pastorale dans un établissement privé à Notre-Dame de France à Paris dans le 13ème, à mi-temps pour le primaire et à mi-temps pour le lycée, je suis appelée à être témoin de l’amour de Dieu auprès des jeunes, petits et grands qui me sont confiés. Un jour, un lycéen me pose la question : « Madame, pourquoi n’êtes vous pas mariée ? ». Je lui ai répondu que j’ai donné librement ma vie et mon cœur à Jésus mais sinon la discrétion sur mon état de vie reste de mise. Rien d’extraordinaire donc mais une qualité d’amour : « Puissiez-vous de plus en plus rendre réelle cette consécration de votre être jusqu’à ce qu’elle rayonne dans tous les actes de votre vie. C’est peu à peu que l’on devient « vierge », tant cette attitude n’est pas un état, mais un don de la grâce que peu à peu nous laissons pénétrer au plus intime et dans toute notre vie par le rayonnement d’une qualité nouvelle de l’amour. La virginité, c’est une qualité de l’amour. » – (lettre d’un moine à une vierge consacrée).  La Vierge Marie, modèle de patience, de miséricorde, de douceur et d’humilité m’aide sur ce chemin. Certes il y a des combats, des moments de découragement et de lassitude, la tentation de faire de son célibat un petit confort spirituel égoïste, de se laisser gagner par l’habitude … mais l’expérience de ma fragilité et de mes infidélités est un appel à ne pas compter sur mes propres forces mais uniquement sur la force de l’Esprit Saint en moi et sur l’indéfectible fidélité de Dieu.

Catherine LUQUIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *